logo
Gallery

Bleu léger, Bleu d’été, Bleu sans arrière-pensée… en hiver

28th jan 2013 Blog 0

Je viens de terminer hier Dimanche un stage de Cyanotype avec Flore et Adrian, merveilleuse expérience. Le matin, préparation des négatifs à partir de fichiers numériques avec Adrian, le maître de Photoshop, pour obtenir ensuite un négatif de qualité, tout en texture et en douceur pour le passage au bleu l’après midi, après un déjeuner convivial.

Flore et sa pertinence photographique et humaine inégalée nous guidait le matin pour enduire les papiers photographiques pour l’émulsion et l’impression cyanotype, et l’après midi pour l’installation des négatifs sous cache de verre, puis « cuisson » huit minutes sous lampe à UV avant le passage dans les bains pour la révélation bleue de l’image.

Cyanotypes au séchage

Le stage est parfait, le nombre de stagiaires réduit permet une attention continuelle et personnalisée à chaque stagiaire, nous sommes tous repartis enchantés, et pour ma part assez conquise par cette belle couleur à la fois profonde et gaie, en plein hiver. J’ai fait beaucoup de stages sur Paris, et pas un n’égale ceux de l’Oeil de l’Esprit, avec Flore et Adrian. Les tarifs sont raisonnables, l’expertise et l’oeil artistiques de Flore en photographie argentique, et celle d’Adrian en traitement d’images numériques et films/vidéos, la qualité des relations humaines, l’attention portée à chaque participant, en font une exception. C’est toujours mon coup de coeur.

Et que dire de ces magnifiques et magiques procédés alternatifs, j’attends avec impatience le prochain stage Van Dyke….. Le fichier à préparer, en argentique ou numérique, sera une Vanité.

J’avoue que cela résonne encore plus en moi que la nature morte que l’on devait préparer pour le Cyanotype.  On ne se refait pas.. J’aime les arrières -pensées dans l’image, j’ai rarement des thèmes très légers, j’aime bien un peu de mystique ou métaphysique, et je ne vois rien en espace et composition formelles, l’espace et la composition pour moi ne se vit qu’en espace imaginaire, et plans flous, donc imaginez ma difficulté de devoir préparer un fichier en numérique, et en composition à la fois légère et formelle.

Au désespoir, j’ai dû bouger mes verres, mes pommes, mes coupes de fruits, et en dernier lieu mes ours anciens jusqu’à tard dans la nuit précédant le stage. Comme quoi la légèreté demande de se dépasser…

Leave a Reply